Cycle de séminaires : « Le corps et ses corpus : jeu et rejeu d’archives, œuvres disparues et création contemporaine » (de mars à décembre 2016, Archives nationales, Paris)

walkaround_time

De 17h à 19h, Ministère de la Culture, Salle Colette, 7e étage, 182, rue Saint-Honoré, 75001 Paris

Entrée libre, pensez à vous munir d’une pièce d’identité. Contact : clothilde.roullier@culture.gouv.fr

Le programme « Replay, restitution, recréation… Pour une typologie de la reprise des archives » se propose de mettre en regard les archives des œuvres disparues et celles qui animent ou justifient une part de la création contemporaine. En s’attachant à la place du corps dans l’œuvre, de la statuaire à la chorégraphie, il s’agit d’interroger en premier lieu la manière dont les supports documentaires, destinés à faire « archives », interviennent ou non dans le processus de fabrication, de commande et de réception des œuvres. Les intervenants, universitaires, artistes, critiques ou conservateurs, seront invités à réfléchir à ces problématiques en mettant en regard leurs propres travaux avec le corpus d’archives établi à l’occasion de ce programme de recherche, qui rassemble des descriptions de documents provenant des Archives nationales, du CNAP, du CNDC et de l’ENSAPC, portant la trace d’œuvres disparues de différentes façons (destruction physique, œuvre performée…).

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « Le corps et ses corpus : jeu et rejeu d’archives, œuvres disparues et création contemporaine » (de mars à décembre 2016, Archives nationales, Paris)

Cycle de séminaires : « La Mode masculine 1820-1970, corps et objets » (de janvier à décembre 2016, INHA, Paris)

mode

Dans le cadre du programme « Histoire de la Mode et du Vêtement »

Les premiers mercredis du mois de 14h à 17h, salle Giorgio Vasari, Galerie Colbert, INHA

Entrée libre

Après une première année consacrée aux sources d’étude, la seconde année du séminaire  « La Mode masculine 1820-1970 », organisé dans le cadre du programme « Histoire de la mode et du vêtement », se propose de traiter des corps et des objets. En poursuivant le même objectif qui est de mettre en lumière la singularité et la complexité de ces cent cinquante années de mode masculine. Singularité et complexité en réalité occultées par une idée formulée au début des années 1930, celle d’un « grand renoncement » masculin, qui serait responsable à la fois du caractère soi-disant neutre et uniforme de la garde-robe virile et de l’abandon par l’homme à la femme de tout ce qui touche au domaine de la mode. De l’analyse des métamorphoses de la silhouette masculine, de la quête d’une apparence qui n’hésite pas à recourir aux artifices de la cosmétique, de la part importante de la subjectivité dans la composition du vestiaire et des comportements intimes,  il devrait ressortir que ces générations d’hommes participèrent bel et bien au système de la mode et qu’ils furent en réalité des consommateurs au même titre que les femmes, en dépit d’une certaine conception de la virilité moderne tendant à afficher sa méfiance à l’égard de la mode.

Continuer la lecture de Cycle de séminaires : « La Mode masculine 1820-1970, corps et objets » (de janvier à décembre 2016, INHA, Paris)

Journée d’études : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècles » (26 mai 2016, INHA, Paris)

JE IMAGES MENTALES visuel dada

Jeudi 26 mai 2016 de 9h30 à 18h

INHA / Galerie Colbert / 2e etage / Salle Perrot

2 rue Vivienne 75002 Paris

Entrée libre

La journée d’études doctorale « Images mentales » propose de s’interroger et d’analyser la place de l’hallucination dans la création artistique de l’époque contemporaine, aussi bien dans les champs de la littérature, de la peinture, de l’installation et du cinéma.

Apparu avec l’émergence de la psychiatrie, le terme d’« hallucination » trouve une définition fondatrice sous la plume de Jean-Etienne Esquirol, en 1817 dans le Dictionnaire des sciences médicales, avant de s’émanciper du cercle scientifique à partir des années 1830 pour toucher les milieux littéraires. Les années 1850-1860 voient l’intensification des débats autour de cette notion, ainsi que son association avec l’idée de représentation mentale. Que ce soit Brierre de Boismont, Alfred Maury ou Hippolyte Taine, tous vont chercher dans la puissance imaginative des artistes des arguments contre la réduction pathologique de l’hallucination. Sans prendre parti pour une définition particulière, l’hallucination, qu’elle soit de nature pathologique, hypnagogique ou déclenchée par un psychotrope, se caractérise par sa capacité à interroger la réalité – qui ne peut plus se réduire au monde physique – tout en ouvrant « les portes de la perception ». Il s’agira de comprendre comment cette notion s’est transmise dans les pratiques artistiques du XIXe, du XXe et du XXIe siècles.

Cette journée d’études est organisée par l’association 19-20, avec le soutien de l’Université Paris-Sorbonne, de l’École doctorale 124 et du Centre André Chastel.

Continuer la lecture de Journée d’études : « Images mentales. L’hallucination dans les arts du XIXe et du XXe siècles » (26 mai 2016, INHA, Paris)

Colloque : « Inventer Le Douanier Rousseau » (11-12 mai 2016, Musée d’Orsay, Paris)

Henri Rousseau, dit le Douanier (1844-1910) La Charmeuse de serpents, 1907 Paris, musée d'Orsay, Legs Jacques Doucet, 1936 © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) : Hervé Lewandowski

Artiste inclassable, le Douanier Rousseau incarne pour certains critiques le mythe du génie artistique, tour à tour rejeté et célébré par ses contemporains. Ainsi, son œuvre hors-norme a-t-elle questionné intensément le regard des artistes et critiques de son temps, lesquels ont largement contribué à inventer sa légende.

Continuer la lecture de Colloque : « Inventer Le Douanier Rousseau » (11-12 mai 2016, Musée d’Orsay, Paris)

Journée d’études : « Faire le mur » (14 avril 2016, Musée des arts décoratifs, Paris)

Capture d’écran 2016-03-09 à 14.46.55

À l’occasion de l’exposition Faire le mur. Quatre siècles de papiers peints, Véronique de La Hougue, conservateur en chef au département des Papiers peints, organise une journée d’études sur le papier peint.

Journée d’études : « La photographie comme arme ». Photographie sociale et documentaire dans les années 30 (25 mars 2016, INHA, Paris)

téléchargement

INHA, salle Vasari

L’engagement des photographes dans les structures politiques et culturelles de la gauche révolutionnaire des années 1930 est aujourd’hui encore une zone d’ombre de l’histoire de la photographie et de la presse illustrée. Il a été en effet longtemps éclipsé par la notion de « photographie humaniste » forgée dans l’après-guerre pour décrire l’optimisme populaire qui caractérisait la production visuelle des Trente Glorieuses. Aussi a-t-on souvent considéré les photographies sociales et documentaires de l’entre-deux-guerres comme les prémices du regard humaniste arrivé plus tard à maturité.

Continuer la lecture de Journée d’études : « La photographie comme arme ». Photographie sociale et documentaire dans les années 30 (25 mars 2016, INHA, Paris)

Colloque : « Gestes, motifs et appareils de vision dans l’image » (Paris, 17-18 mars 2016)

Capture d’écran 2016-03-09 à 13.49.27

Université Paris 7 – Diderot

Colloque international organisé par Emmanuelle André (CERILLAC)  et Nathalie Delbard (Université Lille 3, département Arts, CEAC), le 17 mars de 9h30 à 18h amphitéâtre Turing, bâtiment Sophie-Germain, entrée au croisement de l’avenue de France et de la rue Alice-Domon et Léonie-Duquet, Paris 13e, Université Paris 7 – Diderot, le 18 mars de 9h30 à 17h, salle Pierre Albouy, bâtiment C des Grands Moulins, 5 bis rue Thomas Mann, 6e étage, Parsi 13e, Université Paris 7 – Diderot.

Appel à communication : « International Conference of Photography and Theory » (jusqu’au 1er juin 2016)

Capture d’écran 2016-03-02 à 13.40.36

Nicosia, Cyprus, December 2 – 04, 2016
Deadline: Jun 1, 2016

4th International Conference of Photography & Theory (ICPT2016)
PHOTOGRAPHY AND THE EVERYDAY

December 2-4, 2016
at the Nicosia Municipal Arts Centre,
Associated with the Pierides Foundation [NiMAC]
Nicosia, Cyprus

International Association of Photography & Theory (IAPT)
www.photographyandtheory.com

Keynote Speakers:
Martha Langford
John Stezaker

Continuer la lecture de Appel à communication : « International Conference of Photography and Theory » (jusqu’au 1er juin 2016)

Appel à communication : « Odilon Redon, hier et aujourd’hui – Redon aux XXe et XXIe siècles » (jusqu’au 31 mai 2016)

Guy Maddin, 'Odilon Redon or The Eye, Like a Strange Balloon Mounts Towards Infinity', 1995, court métrage de 5 min

Plusieurs manifestations sont organisées à Bordeaux à l’occasion du centenaire de la mort d’Odilon Redon (Bordeaux, 1840-Paris, 1916), inscrit au recueil des commémorations nationales. Après l’ouverture au Musée des beaux-arts d’une exposition, La nature silencieuse. Paysages d’Odilon Redon (décembre 2016-mars 2017) s’ouvrira un colloque international, Odilon Redon, hier et aujourd’hui, organisé par le Centre François-Georges Pariset (université Bordeaux Montaigne), le Musée des beaux-arts de Bordeaux, l’association Musée d’art Gustave Fayet à Fontfroide (MAGFF) et l’université de Genève.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Odilon Redon, hier et aujourd’hui – Redon aux XXe et XXIe siècles » (jusqu’au 31 mai 2016)

Colloque : « Les Grandes expositions des musées de la Ville de Paris » (11-12 mars 2016, Petit Palais et INHA, Paris)

Organisé par Paris Musées et l’Institut national d’histoire de l’art.

Ce nouveau colloque tente de « dessiner une coupe » plutôt que de faire un bilan des expositions dans les musées de la Ville de Paris où elles ont souvent joué un rôle moteur, dans un rapport d’émulation, voire de compétition, avec les grands musées de l’État, face auxquels, ceux de la Ville affirmaient leur vitalité et des partis-pris autres.

Le colloque sera organisé selon quatre thématiques réparties sur autant de demi-journées :

  • La place que les expositions peuvent être amenées à tenir dans les relations internationales lorsque le moment de leur programmation prend sens dans un contexte politique.
  • Le rapport dialectique entre expositions et collections qui tend à se modifier. Longtemps perçu comme une activité préjudiciable aux collections, les expositions en sont aujourd’hui un vecteur de valorisation et d’enrichissement.
  • L’aspect expérimental de l’exposition pour les institutions-mêmes dont elles expriment un développement pionnier au sein du paysage muséographique.
  • L’évolution professionnelle des expositions, tant dans leur production que dans le rapport entre scénographe et commissaire.

Continuer la lecture de Colloque : « Les Grandes expositions des musées de la Ville de Paris » (11-12 mars 2016, Petit Palais et INHA, Paris)

Journée d’étude : « Scénographies d’aujourd’hui » (11 mars 2016, Centre Bièvre, Paris)

capture-decran-2017-01-24-a-15-58-56

11 mars 2016, Paris, Centre Bièvre, (1, rue Censier 75005), 3e étage, Salle E  (réservation obligatoire : contact.giros@gmail.com).

La scénographie évolue aujourd’hui sous des visages et des formes que notre époque commence réellement à reconnaître. Un événement tel que la Quadriennale de Prague qui dure depuis 1967, ou la transdisciplinarité avérée de certains scénographes au parcours non linéaire, témoignent d’un ancrage de plus en plus marqué d’une scénographie protéiforme, où le théâtre constitue un repère plus qu’un invariant.

En ces jours, les positionnements forts de praticien.nes font émerger des orientations inattendues et des réflexions innovantes quant à la pratique. La scénographie se découvre dans des domaines qui n’avaient pas été nommés jusqu’à ces dernières décennies, bien au-delà du milieu théâtral.

Quels sont donc les points actifs et originaux de la scénographie contemporaine ? Un territoire très diversifié et toujours en évolution se dessine. Des intervenant.es praticien.nes et théoricien.nes apporteront des éléments de réflexion afin de poser des points de repère dans le paysage en mutation de la scénographie contemporaine lors de cette journée d’étude.

Dans le programme, le mélange des pratiques et des démarches scientifiques provenant de différents domaines ou à la croisée de ceux-ci, vise à permettre un réel dialogue ouvert afin d’aborder les diverses facettes que peut comporter la scénographie aujourd’hui. Plus que de se poser la question d’une définition de la scénographie et de chercher la place du théâtre, la problématique de cette journée est d’observer l’évolution réelle et plurielle de la scénographie de nos jours. Cela n’empêche pas l’expression des divergences de points de vue, bien au contraire, et l’émergence de débats est encouragé.

La finalité de cette rencontre est d’enrichir la recherche, théâtrale et autre, ainsi que la pratique par la prise en compte de la diversité existante. Elle s’offre comme un lieu d’expression des positionnements actuels, aussi contraires soient-ils.

La scénographie d’aujourd’hui a aussi un impact sur son époque et il est temps de le prendre en compte.

Continuer la lecture de Journée d’étude : « Scénographies d’aujourd’hui » (11 mars 2016, Centre Bièvre, Paris)

Colloque : « Si Paris m’étais conté. L’invention d’une capitale des Arts » (2-3 mars 2016, Mairie du 11ème, Paris)

Vue-de-lHotel-Dieu-au-XIXe-siècle

Comment les arts ont-ils inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ?

Continuer la lecture de Colloque : « Si Paris m’étais conté. L’invention d’une capitale des Arts » (2-3 mars 2016, Mairie du 11ème, Paris)

Appel à communication : « Seeing Through? The Materiality of Dioramas » (jusqu’au 31 mai 2016)

Original caption: Photo shows people watching Daguerre's diorama. Undated illustration. --- Image by © Bettmann/CORBIS

Seeing Through? The Materiality of Dioramas (Bern, 1-2 Dec 16) University of Bern, December 1 – 02, 2016 Deadline: May 31, 2016 Seeing Through? The Materiality of Dioramas (1560-2010) Dioramas are at the crossroads of artistic and scientific practices. They bring together artists, scientists, and collectors, thus providing an opportunity to reflect on the polyvalence of these actors and the definition of their expertise. In 1822, Louis Daguerre coined the term “diorama” when describing his theater. The word diorama means literally “seeing through.” In accordance with this etymology, dioramas embody a sense of transparency and life-likeness. In addition to providing theatrical and visual experiences, dioramas are multidimensional installations that incorporate paintings, objects, stuffed animals or mannequins. Habitat groups mixing taxidermy and painted backgrounds were designed for natural history museums, while anthropological dioramas were disseminated all over Europe during the second half of the nineteenth century. They were usually life-sized and site specific but they could also be reduced to maquettes. To date, these installations have been studied by scholars from various disciplines, mainly as side topics. Media historians have considered them primarily as proto-cinematic, whereas within the fields of anthropology, museum studies and postcolonial studies, they are generally analyzed as displays that reflect political taxonomies and stereotyped representations. However, dioramas are not merely images or displays: they are also physical objects made of multiple materials, such as plaster, wood, paper, paint, glass, fur, wax, and metal. The discipline of art history thus provides us with the opportunity to approach the materiality of these installations. Indeed, dioramas are composite and hybrid things, created through cultural interaction and physical encounter. Multiple hands as well as various visions are involved in the process of their creation – and later on, during their conservation. Dioramas therefore allow for the study of contact zones and material exchanges between private and public spheres, as well as between Western and non-Western contexts. Finally, dioramas as objects of study within the field of art history enable us to address values such as authenticity and realism in various contexts.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Seeing Through? The Materiality of Dioramas » (jusqu’au 31 mai 2016)

Appel à communication : « Migrations in Visual Culture » (jusqu’au 25 avril 2016)

 

logo

Belgrade, Serbia, September 8 – 10, 2016
Deadline: Apr 25, 2016

Migrations in Visual Culture

Conference for PhD Students and recent PhD Graduates

Continuer la lecture de Appel à communication : « Migrations in Visual Culture » (jusqu’au 25 avril 2016)

Appel à communication : « Photographs from the Camps of the Nazi Regime » (jusqu’au 15 avril 2016)

Lt Samuelson, Libération du camp d'Ebensee, 1945, Washington, coll. National Archives and Records Administration,

In August 2015 the European Summer School at Ravensbrück Memorial Museum addressed the topic of Photography in Concentration Camps. Practice, Function and Reception. Over a period of five days the participants of the summer university discussed this complex issue. Images of perpetrators, SS-Albums, private snapshots of SS-Members as well as photographs taken by the Allies while liberating the camps were considered alike.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Photographs from the Camps of the Nazi Regime » (jusqu’au 15 avril 2016)