Appel à communication : « Réseaux, musées et collections. Le surréalisme aux États-Unis » (jusqu’au 30 juin 2017)

Colloque : 27-29 novembre 2017
Abstracts à envoyer avant le 30 juin 2017

Centre Allemand d’Histoire de l’Art
45, rue des Petits Champs
75001 Paris
Métro : Pyramides (lignes 7 et 14)

Conseil scientifique: Julia Drost (DFK Paris), Fabrice Flahutez (Université Paris Nanterre), Anne Helmreich (College of Fine Arts, Texas Christian University), Martin Schieder (Universität Leipzig) and Susan Power (chercheuse indépendante).

Tout en se considérant comme une avant-garde internationale, Breton et les surréalistes n’avaient au départ pas intégré les États-Unis à leur planisphère, comme l’atteste en 1929 le fameux Le monde au temps des surréalistes. Cependant, dès 1930, le surréalisme y fut soutenu économiquement et institutionnellement. En novembre 1931, la première exposition d’art surréaliste aux États-Unis, Newer Super Realism, fut organisée au Wastworth Athaneum à Hartford dans le Connecticut. La Julien Levy Gallery, qui ouvrit la même année, offrit à Salvador Dalí, Max Ernst, Alberto Giacometti et René Magritte leur première exposition aux États-Unis, tandis que des artistes américains comme Man Ray, Joseph Cornell, Walter Quirt ou Lee Miller y furent également exposés. Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que de nombreux surréalistes avaient trouvé refuge aux États-Unis, les expositions, objets, publications surréalistes et les différents soutiens du mouvement permirent à de nouvelles formes hybrides de se propager à travers les États-Unis, de la côte Ouest à Chicago et au-delà, et ce bien après la fin du conflit.

Le colloque Réseaux, musées et collections. Le surréalisme aux États-Unis permettra d’unir l’étude de ces réseaux complexes à celle de la réception du surréalisme aux États-Unis. Qui – que ce soit les collectionneurs, critiques, marchands, galeristes, ou d’autres types de médiateurs – soutinrent les artistes qui évoluaient dans l’orbite du surréalisme, de quelles façons et pourquoi? Que reste-t-il à apprendre au sujet des grands collectionneurs que furent, par exemple, les Arensberg à Los Angeles, ou Peggy Guggenheim à New York? Comparativement à leurs pairs en Europe, les artistes utilisèrent-ils de la même façon, aux États-Unis, des stratégies spectaculaires de publicité et de médiation ? En quoi le genre put-il influer sur les carrières artistiques? Dans quels réseaux les galeries commerciales opéraient-elles, localement ou à l’étranger, et comment dialoguaient-elles avec les musées? Les artistes américains furent-ils inclus dans la muséalisation du surréalisme aux États-Unis comme cela fut le cas pour les surréalistes parisiens, ou furent-ils au contraire exclus de ce processus? La conférence, organisée en cinq sections (I. Courtiers et agents II. Musées et collections III. Le surréalisme et les mouvements artistiques américains IV. Exposition et présentation V. Prix et circulation) apportera une contribution nouvelle et durable à la recherche et aux études sur l’histoire de l’art américain tout en se concentrant sur la réception et la diffusion du surréalisme aux États-Unis.

Cette conférence est un élément clé du programme de recherche Le surréalisme et l’argent. Galeries, collectionneurs et médiateurs qui s’intéresse au rôle des collectionneurs privés, des musées et des expositions, ainsi qu’aux stratégies commerciales des artistes eux-mêmes, dans le succès global que rencontra le surréalisme au XXe siècle. Le but est de révéler les réseaux formels et informels qui ont soutenu le surréalisme internationalement, en réunissant jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, européens ou américains, et en favorisant de nouvelles recherches sur le surréalisme. Ce programme, en coopération avec le labex Arts H2H, a déjà organisé plusieurs rencontres autour des sujets suivants: Le monde au temps des surréalistes (7 et 8 novembre 2014), Le surréalisme dans l’Europe de l’entre-deux guerres (11 et 12 mars 2016) et Surréalisme et arts premiers (10 et 11 octobre 2016), Surrealism in Paris, North Africa and the Middle East from the 1930s (Beyrouth, 14 et 15 novembre 2016) et Acheter le merveilleux – galeries, collectionneurs et marchands du surréalisme 1945–1969 (28 et 29 septembre 2017). cf. https://dfk-paris.org/fr/research-project/le-surréalisme-et-largent-galeries-collectionneurs-et-médiateurs-971.html. Et http://www.labex-arts-h2h.fr/le-surrealisme-au-regard-des-1063.html

Les abstracts de 300 mots (en français, anglais ou allemand) devront être envoyés avant le 30 juin 2017, accompagnés d’un CV, à : Julia Drost (jdrost@dfk-paris.org); Fabrice Flahutez (flahutez@gmail.com), Anne Helmreich (A.Helmreich@tcu.edu), Susan Power (susanlpower75@gmail.com) and Martin Schieder (schieder@uni-leipzig.de).(source : https://dfk-paris.org/sites/default/files/2017-06/CFP_FR_ENGL_Workshop%20Surr%C3%A9alisme%20aux%20Etats%20Unis_0.pdf)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *